Spécificités de la côte landaise

Les plages landaises sont un formidable terrain de jeu pour la baignade et les activités landaises mais quelques spécificités locales sont à connaître pour éviter les accidents.

1. Les baïnes

Phénomène très répandu sur la côte landaise, la baïne est une cuvette profonde à proximité d’un banc de sable. C’est dans cette cuvette que se forment les courants de baïne. Présents principalement entre la mi marée et la marée basse, ces courants peuvent emporter les baigneurs et les surfeurs imprudents vers le large et leur rendre difficile le retour vers la plage.

La formation des baïnes : elles se forment sur un relief marin ou le phénomène des marées est fort, le sable fin et le dénivelé faible. A marée haute, le ressac créé par la houle déferlant sur la plage déplace le sable et génère des bancs de sable plus ou moins parallèles à la plage. A marée haute ce banc est immergé mais lorsque la marée descend l’eau retenue par ce banc cherche à se retirer et crée une brèche dans le banc. C’est là que ce forme le courant de baïne. Sous l’effet des différentes marées, le banc de sable s’engraisse et la cuvette se creuse accentuant les courants. 

>>> Ce danger se retrouve sur la plage naturiste.

Conduite à tenir si on se fait emporter par un courant de baïne : Ne pas paniquer et se laisser flotter pour ne pas dépenser son énergie, appeler à l’aide et nager latéralement sans lutter contre le courant pour s’écarter de celui-ci.
Pour en savoir plus découvrez le processus de formation des baïnes en vidéo

2. Les rouleaux de bord

Les rouleaux de bord ou shore break sont des vagues qui cassent sur la plage à marée haute. Les fortes pentes de nos plages landaises à marée haute accentuent ce phénomène. Ces vagues sont particulièrement rapides et puissantes car elles ne rencontrent aucun obstacle avant de se briser sur le sable.
Elles présentent deux risques pour les baigneurs. D’une part, les projeter violemment contre le sable et provoquer des traumatismes. D’autre part créer des courants d’arrachement qui rendent le retour vers le sable difficile. Ces courants sont plus éphémères que les courants de baïnes. 

 

>>> Ce danger se retrouve sur les plages centrales et Gravière.

Conduite à tenir s’il y a des rouleaux de bord puissants : ne pas tourner le dos aux vagues, passer sous les vagues, attendre l’accalmie pour rentrer ou sortir de l’eau.
En cas de difficultés, ne pas paniquer, lever le bras et appeler à l’aide, attendre l’accalmie pour sortir de l’eau.

3. Les montées d’eau imprévisibles

Les montées d’eau imprévisibles : Dans certaines conditions, les vagues lorsqu’elles sont très fortes à marée haute peuvent créer des montées d’eau imprévisibles. Ces vagues peuvent déplacer rapidement de grosses quantités d’eau qui fauchent les promeneurs non avertis et les emporter dans les vagues. Ce phénomène est accru en cas d’alerte vague submersion et sur les plages à forte pente comme la zone de l’anse entre les plages de la Gravière et de l’anse.

Conduite à tenir : Vérifier les conditions météorologiques avant d’aller sur la plage. Et lorsque les vagues sont grosses, restez toujours à distance des vagues et sur le sable sec lors de vos promenades. Tenez bien vos enfants par la main.

4. Les animaux marins

Les vives et les méduses présentes sur nos côtes peuvent créer de petits désagréments. Les douleurs qu’elles provoquent peuvent être assez douloureuses. Toutefois, elles sont souvent bégnines.

Ces petits poissons se posent dans le sable et pour se protéger dressent leur nageoire dorsale. Celle-ci comporte une à plusieurs épines dorsales diffusant un venin dans le pied de l’estivant qui aura marché dessus. Ce venin thermolabile se dissipe à la chaleur. Il est recommandé lorsque l’on s’est fait piqué par une vive de marcher dans le sable chaud ou de mettre le pied dans une chaude (autour de 40°C). Il vaut mieux éviter les cigarettes et les briquets qui pourraient transformer une piqure en brulure. Il existe de rares cas d’infections suite à une piqure c’est pourquoi il convient de désinfecter la plaie. 

Les méduses ne sont pas toutes venimeuses. Leurs filaments peuvent provoquer des douleurs similaires à une décharge électrique ou une brulure. Plus rarement des réactions allergiques.
Lorsque l’on est envenimé par une méduse, il faut tenter de retirer délicatement avec du sable les filaments encore accrochés à la peau puis rincer à l’eau salée. L’eau douce aura tendance à accentuer la douleur. Une crème apaisante peut être appliquée au poste de secours ou en pharmacie. Si la douleur persiste vous pouvez consulter votre médecin.

5. Le lac

Le lac d’Hossegor est un lac marin qui est soumis aux marées. Lorsqu’il se vide à marée basse, des courants plus ou moins forts en fonction des courants se créent et peuvent présenter un risque pour les baigneurs.
Les changements de fond inattendus et à la turbidité de l’eau qui empêche de connaitre la profondeur de la zone de baignade sont d’autres dangers. Soyez prudents et conscients de vos capacités. Enfin surveillez vos enfants.
C’est pour ces raisons que le drapeau de surveillance peut être jaune.